Le MOMOSITE vous présente  : 

Giovanni Benvenuti

Page mise à jour le 08/06/2020

On ne sait rien de cet illustrateur milanais, sinon qu'il illustra brillamment plusieurs ouvrages de la collection Ditis (l'ancêtre de la collection J'ai lu) et notamment les 8 opus de la collection science-fiction. Tous ces livres sont parus en 1960. La série ne comporta que 8 titres.


N° 161 -
Les naufrageurs de l'espace par Andrew North - pseudo de Alice Mary Norton. Simpliste mais bien écrit et plutôt passionnant. Dane Thorson est un jeune aspirant qui va prendre place au sein de l'équipage du "Solitaire" commandé par le capitaine Jellico. Le fantasme de l'équipage du vaisseau cosmique fonctionne à fond et la lecture est passionnante, il est question d'un labyrinthe et comme son nom l'indique de vilains naufrageurs 


N°163 - E. C. Tubb en pleine forme. Le voyage interstellaire est si long que pour conquérir d'autres planètes il faut des vaisseaux où les cosmonautes se reproduisent de générations en générations. Tout cela ne peut fonctionner que dans le cadre d'une organisation totalitaire. A force ça fait des problèmes... d'autant que la finalité du voyage devient de moins en moins évidente pour les passagers. On a donc des dissidents... Bien vu et passionnant malgré une fin aussi décevante que bâclée 


N°165. Robert Silverberg sous le pseudo de Calvin M. Knox.  Une histoire assez primaire d'espionnage cosmique mais agréable à lire... Llyod Catton, le héros se débat au milieu de plusieurs ethnies humanoïdes : Les Skorgs (tout gris et méchants) , les Arrenaddine (gros, oranges et placides) les Morilaru (tout mauves), les Viornys, blanc comme des cierges,  avec trois bras, six jambes et des yeux globuleux. Sinon il y a aussi des "duplicateurs de matière" ...ont-ils inspirés Christin et Mezières pour la série Valérian et Laureline avec transmuteur grognon de Bluxte, allez savoir...


N°167 La suite des naufrageurs de l'espace, mais c'est moins bien !


N° 171 de la collection DITIS, paru en France en 1960 et à ce jour jamais réédité. C'est du John Brunner, c’est-à-dire que le thème est généreux. Il s'agit ici d'un jeu de piste à partir d'un assassinat. Le type chargé d'enquêter va suivre un véritable jeu de piste avant de découvrir un véritable scandale galactique. Ça se lit, c'est moyennement écrit et moyennement passionnant, mais après tout pourquoi pas ?


N°179 - De Murray Leinster. Ça ne m'a laissé aucun souvenir


n°186 - Une belle couverture, et pour le reste, ça ne m'a pas frappé !


n°189 - Une fois qu'on a admis le concept improbable d'insectes et d'arachnides aux dimensions démesurées, ce roman de Murray Leinster se lit assez bien. Le livre est complété d'une bibliographie surréaliste avec "la vie des abeilles" de Maurice Maeterlinck, "la vie des araignées" de Jean-Henri Fabre...


1958 : Diamants pour solitaire par Alain Gree. Benvenuti a aussi illustré des polars, mais même si cette illustration avec tatouage est originale, c'est bien dans la SF qu'il a donné tout son talent


1959 - Le goût du malheur de Jean-Pierre Ferriere. Mais que fait donc cette blondinette en imper en plein milieu de la route ?


1960 : Evangéline ne reçoit plus de Jean-Pierre Ferriere. Bon si elle ne reçoit plus, j'irais voir Ginette !

excellent
Très bon
assez bon, pas si mal
bof...
mauvais
nul