Le MOMOSITE vous présente

Histoires drôles sur
le travail, le bureau, les métiers

Page mise à jour le 16/04/2014

(52 histoires)

  1. ASTRONAUTIQUE
    L'agence spatiale européenne est obligé pour survivre de faire appel à des sponsors et parfois d'accepter leurs fantaisies. Un jour le PDG des Établissements Machin oblige l'agence à sélectionner son fils pour le prochain vol !
    Celui-ci se présente, c'est un skinhead qui doit faire 40 de Q.I. Ils ne savent pas quoi en faire d'autant que les scientifiques sont mobilisés par la préparation d'une expérience en cours : "Les cochons dans l'espace ". Il s'agit de cochons auxquels ont a greffés des neurones, et qui ont appris à parler "
    Ils décident d'envoyer Thibault avec les cochons
    - Allô ! Ici la Terre ! j'appelle cochon n°1 ! me recevez vous ?
    - Cochon n° 1 reçoit bien la Terre ! Rien à signaler !
    - Rappelez-moi vos instructions !
    - Quand lumière rouge s'allume, appuyez sur bouton rouge !
    - Très bien ! passez moi le cochon n°2
    - Ici Cochon n° 2 ! Rien à signaler
    - Rappelez-moi vos instructions
    - Quand lumière verte s'allume, appuyez sur bouton vert !
    - Très bien ! passez moi Thibault !
    - Ici Thibault ! Rien à signaler !
    - Rappelez-moi vos instructions !
    - Donner à manger au cochons 2 fois par jour, et surtout, surtout, je ne dois toucher à rien !

  2. BANQUE
    Dans une banque, un type entre :
    - Salut, j'voudrais ouvrir un putain de compte dans votre banque de merde !
    - Pardon ? fait la guichetière.
    - j'voudrais ouvrir un putain de compte dans votre banque de merde !
    - Monsieur, soyez poli !
    - M'enfin, bordel de merde, puisque j'vous dis que j'veux ouvrir un putain de compte dans votre banque de merde !
    - Trop c'est trop, j'appelle mon responsable !
    Arrive alors le directeur de l'agence.
    - Monsieur ne serait pas très poli avec le petit personnel ? Hum ? Monsieur désire ?
    - Salut connard. J'viens d'gagner 5 millions au loto et j'veux ouvrir un putain de compte dans votre banque de merde !
    - Et c'est cette pétasse qui vous fait chier ?

  3. BATIMENT
    C'est une équipe internationale des meilleurs ouvriers qui construisent cette tour de 66 étages. La scène se passe pendant la pause déjeuner.
    L'américain ouvre le paquet que lui a préparé son épouse :
    - Encore des hamburgers. Raz le bol de cette vie monotone, Tiens je vais vous faire une confidence, si demain j'ai encore des hamburgers, je saute et je me suicide.
    - N'importe quoi ! Dit un autre
    - Je n'ai qu'une parole, et d'ailleurs je vais écrire tout ça sur un papier.
    L'italien ouvre sa gamelle et entre dans le jeu de l'américain :
    - Ma, c'est quoi ça, encore des spaghettis? Si j'ai des spaghettis encore une fois demain midi, je saute et je me suicide"
    Et il l'écrit sur un papier qu'il met dans sa poche.
    Le belge déballe son sac à son tour et fait de même :
    - Ah, encore des frites ! Si j'ai encore des frites demain, je saute et je me suicide"
    Et il l'écrit sur un papier qu'il met dans sa poche
    Le lendemain, à la pause déjeuner, l'américain tombe sur des hamburgers, il saute dans le vide devant les yeux effarés des deux autres, du coup l'italien saute aussi après avoir découvert ses spaghettis, quand au belge pris d'une crise de désespoir et ne pouvant manger ses frites, il saute aussi.
    On trouve bien sûr les papiers expliquant leur geste dans les poches des malheureux. A l'enterrement, la femme de l'américain s'exclame :
    - Oh my God, s'il m'avait dit qu'il ne voulait plus de hamburgers, je lui aurais fait autre chose, du poulet frit ou des chips.
    - Ma, si j'avais su qu'il ne voulait plus de spaghettis, je lui aurais fait des lasagnes ou des raviolis... Dit la femme de l'italien.
    La femme du belge ne bronche pas.
    - Vous ne dites rien, vous ? Lui reproche l'italienne
    - Ben, non, parce que c'est lui-même qui faisait sa gamelle !

  4. BIJOUTIER
    Une dame va voir un bijoutier :
    - Bonjour monsieur, je voudrais faire graver mes initiales entrelacées sur ma chevalière.
    - Bien madame, comment vous appelez-vous ?
    - Odile Quincampoix.
    Ils discutent ensuite des détails techniques, et soudain la cliente balance une gifle magistrale au bijoutier, ramasse sa bague et sort de la boutique.
    La femme du bijoutier s'inquiète :
    - Ben qu'est ce qui s'est passé ?
    - Rien du tout, je lui ai juste demandé si elle préférait l’O dans le Q ou le Q dans l’O ?

  5. BOUTIQUE
    Un abruti ouvre un magasin de fruits et légumes, il invite quelques copains à l'inauguration, l'un s'étonne de l'enseigne :
    - Pourquoi " Robert fruits et légumes " ?, il aurait mieux valu juste marquer "Fruits et Légumes" ou alors "chez Robert" ?
    - De quoi de quoi ? , moi, je fais comme l'arabe en face; il n'y a pas de raison !
    Les copains se tournent vers le magasin d'en face sans vraiment comprendre.
    - Ben oui quoi ! il a marqué " ALI MENTATION "  !

  6. BÛCHERONS  
    C'est deux bûcherons canadiens qui taillent. Mais ne voilà t-il pas que l'un des deux se coupe une oreille avec sa hache (l'histoire ne dit pas comment il a réussi à faire ça, mais bon...) Il la cherche, ne la trouve pas, et prévient son collègue :
    - Si tu trouve une oreille, C'est la mienne !
    Justement, ça tombe bien le collègue en trouve une
    - La voilà, je crois !
    - Non c'est pas la mienne ! La mienne elle avait un crayon dessus !

  7. BUREAU - Braguette
    Variations sur une histoire à la con

    1) L'histoire originale
    Nancy, une nouvelle secrétaire toute jeune et pimpante est reçu par son patron.
    Ayant remarqué la braguette ouverte de ce dernier (les nouvelles secrétaires toutes jeunes et pimpantes regardent toujours les braguettes) ;) , Nancy quelque peu embarrassée lui dit :
    - La porte du garage est restée ouverte, monsieur.
    Le patron perplexe ne comprend pas jusqu’à ce qu’elle lui indique. Il remonte rapidement la fermeture et lui répond :
    - J’espère que vous n’avez pas aperçu ma superbe Cadillac de luxe.
    - Non, juste une vieille Volkswagen rose avec deux pneus crevés…

    2) variation 1
    - La porte du garage est restée ouverte, monsieur.
    - C'est normal, aujourd'hui, c'est journée "porte ouverte" avec dégustation gratuite !

    3) variation 2
    - La porte du garage est restée ouverte, monsieur.
    - Qu'est ce que ça peut faire, il n'y a rien a voler à l’intérieur, tout est gratuit !

    4) variation 3
    - La porte du garage est restée ouverte, monsieur.
    - Si ça vous gêne tant que ça, fermez la vous-même !

    5) variation 4
    - La porte du garage est restée ouverte, monsieur.
    - Oh ! J'espère qu'elle ne s'est pas échappé ! Ça vous embête de vérifier ?

  8. BUREAU - Oreille
    Marie Claire à Ginette au bureau :
    - Ginette !
    - Oui Marie-Claire !
    - Je ne sais pas mais on dirait que tu as un drôle de truc sur l’oreille !
    - Mais non, mais non
    - Je ne voudrais pas avoir l’air d’insister, mais tu as un drôle de truc sur l’oreille !
    et la Ginette de regarder :
    - Oh mais, c’est mon tampax ! Mais alors ou j’ai pu bien mettre mon stylo ?

  9. BUREAU - Retardataire
    Robert arrive une heure en retard :
    - Chef je suis en retard parce que ma femme à eu un accouchement difficile !
    Bien sur le chef renonce à l’engueuler, mais comme c’est un ours il ne demande pas de détail.
    2 semaines après
    - Chef je suis en retard parce que ma femme à eu un accouchement difficile !
    - Vous vous foutez de ma gueule ?
    - Si vous croyez que c’est facile comme boulot, sage femme, vous ?

  10. CAMBRIOLEUR
    Il fait déjà nuit. Tout le monde dort sauf un cambrioleur qui s'introduit sans bruit dans une luxueuse propriété qu'il croit vide. Il brise une vitre avec dextérité et se dirige tout droit vers la pièce où, d'après ses sources, se trouve le coffre-fort familial. A ce moment là, il entend derrière une voix étrange qui dit :
    - Tu devrais faire attention, Dieu et Jésus t'observent." Terrifié, le cambrioleur se retourne alors et distingue dans la pénombre une cage d'oiseau avec à l'intérieur un perroquet. Soulagé, le malfaiteur répète :
    - Alors comme ça, Dieu et Jésus me regardent ?"
    - Oui, ils te regardent en ce moment...", répond le volatile.
    - Comment t'appelles-tu ?", Réplique le cambrioleur.
    - Je m'appelle Saint-Esprit", répond l'oiseau.
    L'homme éclate de rire et dit :
    - Quel nom ridicule, quel est l'idiot qui a pu te donner un nom pareil ?
    - Le même idiot qui a baptisé le Pitbull "Dieu"et le Rottweiller "Jésus"

  11. CHOMEUR
    C'est un immigré (dont la nationalité importe peu, cette histoire n'ayant pas vocation à être raciste) qui menacé d'expulsion se résigne à aller voir s'il n'y aurait pas un petit boulot un peu peinard à l'ANPE :
    - On a un poste d'éboueur, c'est pour ramasser les poubelles !
    - Hein, ça va pas c'est dégueulasse ce boulot là, je veux autre chose
    - On a un poste d'égoutier, faut aller dans les égouts…
    - Ça va pas, il fait tout noir, il y a plein de rats, je veux autre chose
    - Euh… couvreur, faut monter sur les toits…
    - Ça va pas, c'est dangereux, et d'abord j'ai le vertige… je veux autre chose
    - Bon, ben je n'ai plus grand-chose… ou alors si, mais c'est tout à fait différent, il est question de voyage et de sexe
    - Du voyage et du sexe, ça m'intéresse
    - Alors d'accord, vous faites vote valise, vous retourner d'où vous venez et vous aller vous faire enculer.

  12. COIFFEUR
    Bon ! vous allez chez le coiffeur, vous vous faites couper les cheveux, puis quand c’est terminé, vous désignez du doigt le gamin et vous dites :
    - Vous coupez les cheveux du gosse, je fais 2 ou 3 courses et je reviens.
    Le coiffeur coupe donc les cheveux du môme, puis quand c’est fini, et comme vous n’êtes pas revenu, il le fait attendre sur un siège. Au bout d’une heure, le coiffeur qui se demande quand même où vous êtes passé :
    - Ben dis donc, il revient quand ton père ?
    - C’est pas mon père, c'est un monsieur qui m’a abordé dans la rue en me disant : "Viens avec moi, on va se faire couper les cheveux à l'œil !"

  13. CONFERENCIER
    Le conférencier est une conférencière :
    - Aujourd'hui, nous allons étudier les différents stades de la colère. Voici tout d'abord une petite démonstration
    Elle prend son téléphone portable, branche le haut-parleur, compose un numéro au hasard et demande :
    - Bonjour Madame, pourrais-je parler à Robert, s'il vous plaît ?
    - C'est une erreur, il n'y a pas de Robert à ce numéro, bonne journée madame.
    Elle se tourne alors vers les étudiants et dit :
    - Vous venez d'assister à la phase de mise en condition.
    Deuxième communication au même numéro :
    - Bonjour Madame, pourrais-je parler à Robert, s'il vous plaît ?
    - Non, vous avez refait le même numéro, il n'y a toujours pas de Robert à ce numéro, bonne journée madame !
    Troisième communication
    - Bonjour Madame, pourrais-je parler à Robert, s'il vous plaît ?
    - Ça commence à bien faire, je vous ai déjà dit deux fois qu'il n'y avait pas de Robert ici ! Au revoir monsieur !
    Quatrième communication :
    - Bonjour Madame, pourrais-je parler à Robert, s'il vous plaît ?
    - Merde !
    Cinquième communication
    - Bonjour Madame, pourrais-je parler à Robert, s'il vous plaît ?
    - Mais putain comment faut le vous le dire, qu'il n'y a pas de Robert ici ! Allez vous faire foutre et foutez moi la paix, espèce de grosse pétasse idiote !
    Elle raccroche, s'adresse aux auditeurs
    - Et bien d'après vous est-ce là le niveau ultime de la colère ?
    - Oui, oui ! Disent les
    auditeurs
    - Et bien, non ! Et je vais demander à un collègue de finir la démonstration.
    Le collègue refait donc le même numéro :
    - Bonjour Madame, je suis Robert. Est-ce qu'il y a des messages pour moi ?
    - …

  14. DECOUPEUSE DE CORNICHONS
    Marcel travaillait dans une usine de cornichons. Il avait travaillé ici depuis plusieurs années quand il rentra chez lui un soir, et confessa à sa femme qu'il avait une tentation terrible: il avait envie de mettre son pénis dans la découpeuse de cornichons. Sa femme lui suggéra d'aller voir un thérapeute pour en parler, mais Marcel déclara qu'il serait trop embarrassé. Il jura combattre cette tentation seul. Un jour, quelques semaines plus tard, Marcel rentra chez lui. Sa femme vit tout de suite que quelque chose n'allait pas.
    - Qu'est-ce qui ne va pas Marcel ? 
    - Tu te souviens de mon fantasme à propos de la découpeuse de cornichons ?
    - Oh, non Marcel, tu n'as pas...
    - Si.
    - Mon Dieu Marcel que s'est il passé ? 
    - J'ai été viré
    - Non, je veux dire, que s'est il passé avec la découpeuse ?
    - Ah, Ginette ? Elle a été virée aussi !

  15. DEMARCHEUR
    C'est un démarcheur qui réussit à force de persuasion à pénétrer dans l'appartement de Ginette.
    -  Je vais vous faire une démonstration de notre nouvel aspirateur miracle !
    -  Ah !
    Et avant que Ginette n'ait pu dire quoi que ce soit, il se précipite dans la cuisine, embarque la poubelle, et en déverse tout le contenu sur la moquette du salon ! C'est plein d'os de poulet, d'arrêtes de poisson, de peau de bananes et bref tout ce qu'on peut trouver dans une poubelle en début d'après midi !
    - Mais vous êtes dingue ?
    - Pas du tout ! En moins d'une minute, mon aspirateur miracle va faire disparaître tout cela !
    - Ça m'étonnerait ?
    - Si madame, et d'ailleurs si ça ne marche pas, je m'engage à bouffer tout ça !
    -  Attendez, je reviens !
    Et sur ce, Ginette s'en va à la cuisine, elle revient avec du sel, du poivre et de la moutarde !
    - Tenez ça sera plus facile pour bouffer tout cela !
    - Pardon ?
    - Ben, oui, j'attends l'E.D.F, on a une panne électrique depuis 2 jours !

  16. ELECTRO MENAGER
    Ginette, plutôt remontée, se rend au grand magasin d'électroménager pour se plaindre; le grille-pain qu'elle a acheté la veille ne fonctionne pas !
    Le gars du service après-vente récite sa leçon :
    - Je suis désolé madame, mais vous ne pouvez obtenir de remboursement, car vous avez acheté ce grille-pain alors qu'il était en solde.
    Alors Ginette attrape le gars par le col et lui dit :
    - Caresse mes seins, caresse mes seins !
    Le gars ne comprend pas ! Mais son chef intrigué vient les rejoindre.
    - Qu'est ce qui se passe, Monsieur Martin ?
    - Ben, cette personne rapporte un grille-pain en me disant qu'il ne fonctionne pas, mais comme il a été acheté en solde…
    - Tout à fait, je confirme ce que vous a dit mon collègue, nous sommes désolés, mais vous ne pouvez obtenir de remboursement, car vous avez acheté ce grille-pain alors qu'il était en solde !
    Cette fois ci, Ginette enlève sont haut, dégrafe son soutien-gorge qu'elle envoie valser dans les rayons et crie :
    - Caressez-moi les seins, Caressez-moi les seins !
    Le directeur du magasin, alerté par tout ce raffut se pointe à son tour.
    - Madame cessez de faire ce scandale et rhabillez-vous, voyons !
    - Caressez-moi les seins, Caressez-moi les seins !
    - On se calme, et d'abord pourquoi voudriez-vous qu'on vous caresse les seins ?
    - Parce que j'aime qu'on me caresse les seins quand je me fais baiser !

  17. ENTOMOLOGIE
    C'est un savant qui fait des expériences avec des mouches. Ce jour-là, il prend une mouche et lui retire une patte, après quoi il lui demande de voler. La mouche vole. Il la rattrape, et lui enlève l'autre patte et lui redemande de voler. La mouche vole encore. Il la rattrape de nouveau et lui retire une aile, il lui demande de voler. La mouche vole toujours mais avec difficultés. Il enlève la dernière aile et lui demande de voler. Comme la mouche ne vole plus, il crie plus fort :
    - Tu vas voler, oui ou non ?
    Et comme la mouche ne vole toujours pas, il note dans son compte-rendu d'expérience :
    "J'ai acquis aujourd'hui la preuve que les mouches deviennent sourdes si on leur enlève les deux pattes et les deux ailes."

  18. ENTRETIEN D'EMBAUCHE
    C'est l'histoire d'un patron qui suite à un accident a été amputé des deux oreilles. Il était devenu très susceptible et réagissait violemment quand il apprenait que ses employés évoquaient son handicap. C'est d'ailleurs pour cela qu'il licencia son comptable. Il fallait en trouver un autre et on lui envoya trois candidats. Il les reçu donc les uns après les autres.
    Le premier candidat est brillant et le patron est presque décidé à l'embaucher, mais il lui demande néanmoins :
    - Ça fait une demi heure que nous sommes ensemble. Ne remarquez vous rien d'inhabituel chez moi ?
    - A présent que vous me le dites, j'ai l'impression que vous n'avez pas d'oreilles...
    - Foutez moi le camp, je ne veux plus jamais vous voir
    Le second candidat est exceptionnellement doué. A la fin de l'entretien le patron demande :
    - Ne remarquez vous rien d'inhabituel chez moi ?
    - Il me semble que vous êtes privé d'oreilles...
    - Dehors, conard !
    Le troisième candidat se présenta alors; il était encore meilleur que les deux précédents; l'homme de la situation. Et le patron lui posa donc, en guise d'épilogue, la question rituelle:
    - Ne remarquez vous rien d'inhabituel chez moi ?
    - Si... Vous portez des verres de contact !
    - Mes verres de contact sont pourtant discrets. Quel sens de l'observation exceptionnel !
    - Oh, mais je n'ai aucun mérite... Sans oreille, comment pourriez-vous porter des lunettes ?

  19. GUICHETIERE
    Cette guichetière débordée se trouvait face à une longue file de clients mécontents d'attendre pour pouvoir enfin déposer un chèque, retirer un chéquier ou envoyer du courrier. A un moment, un client excédé, se taille un chemin jusqu'au guichet, jette son bordereau sur le comptoir et dit :
    - JE DOIS encaisser ce chèque TOUT DE SUITE !
    - Je suis désolée, Monsieur. Je serai heureuse de vous aider tout à l'heure; je dois d'abord m'occuper des autres clients, mais soyez sûr que votre tour viendra.
    Le client ne s'en laisse pas conter. Il crie très fort de manière à ce que tout le monde l'entende :
    - EST-CE QUE VOUS SAVEZ QUI JE SUIS ?
    Alors sans aucune hésitation, la préposée se lève et s'adresse à tous les clients présents, sa voix résonnant dans tout le bureau.:
    - Puis-je avoir votre attention, s'il vous plaît ?  Nous avons au guichet un client qui NE SAIT PLUS QUI IL EST. Si vous êtes en mesure d'aider cette personne à trouver son identité, nous vous prions de bien vouloir l'en informer, merci.
    Alors que toute la file d'attente éclate de rire, le client, furibard, s'exclame :
    - Salope, Je T'ENCULE !
    Sans broncher, la guichetière sourit et dit:
    - Je suis désolée, Monsieur, mais pour cela aussi il faut être capable de faire la queue 

  20. HAUT FONCTIONNAIRE
    C'est un haut fonctionnaire qui est bloqué en pleine campagne par un troupeau de vache. Voulant impressionner le paysan qui a en charge le troupeau il lui dit :
    - Je vous parie qu'en 30 secondes, je vous donne le nombre de vaches qu'il y a dans votre troupeau. Si je gagne, je vous prends une vache, si je perd je vous donne ma voiture !
    - D'accord...
    Le type prend sa calculette, et en sort un chiffre
    - 274.
    - Bravo, vous avez gagné, choisissez une vache !
    - OK je pend celle-ci !
    - Ah bon ! Vous n'auriez pas fait l'E.N.A. pas hasard ?
    - Absolument ! comment avez vous deviné ?
    - C'est pas une vache que vous avez pris, c'est le chien !

  21. INSTITUTEUR
    Le prof d'une classe de primaire :
    - Dis-moi, Romain, qu'est-ce que tu as fait pendant la récréation?
    - J'ai joué à chat, Monsieur.
    - Très bien. Si tu arrives à écrire "chat" sans faire de faute, tu auras une très bonne note.
    Le gosse s'en sort bien et retourne à sa place
    - A ton tour, Théo, qu'est-ce que tu as fait pendant la récréation?
    - J'ai joué aux billes, Monsieur.
    - Très bien. Si tu arrives à écrire "bille" sans faire de faute, tu auras une très bonne note.
    Le gosse s'en sort bien et retourne à sa place
    - Et maintenant toi, Mouloud, qu'est-ce que tu as fait à la récré?
    - Ji volu jouer à chat avec Romain, la pas volu, m'a dit di mi casser, et ji voulu jouer aux billes avec Tiho, la pas volu, m'a dit di mi casser,
    - Mais, quelle horreur ! C'est la manifestation d'une discrimination scandaleuse envers un groupe ethnique... Ecoute, Mouloud, si tu écris correctement au tableau "discrimination scandaleuse envers un groupe ethnique" tu auras une très bonne note.

  22. LICENCIEMENT
    C'est un type qui rentre chez lui, le visage décomposé.
    - Tu as des problèmes mon chéri ?
    - Je me suis accroché avec le boss, ce matin, le ton a monté et je l'ai traité de tous les noms, il m'a aussitôt foutu à la porte et sans indemnité.
    - Ça, je savais !
    - Comment ça, tu le savais ?
    - Ben, ton patron il m'a téléphoné pour me le dire !
    - Quel salaud, ce mec ! Qu'il aille se faire sucer, ce con !
    - Ça, c'est fait, mon chéri, tu va pouvoir reprendre ton travail demain.

  23. MAJORDOME
    James travaille comme majordome chez un couple fortuné. La femme, ravissante, est beaucoup plus jeune que son mari. Un soir, ils annoncent à leur valet qu'ils rentreront très tard, mais l'épouse revient beaucoup plus tôt que prévu.
    - James, dit-elle, venez dans ma chambre !
    Il la suit. Elle ferme la porte.
    - Enlevez ma robe ! Ordonne-t-elle
    Il obéit.
    - Mes bas, maintenant.
    Il les ôte.
    - Et mes dessous!
    Il s'exécute.
    - Bon, James, fait-elle en le regardant dans les yeux, que je ne vous reprenne plus à porter mes vêtements !

  24. MAGASIN DE VÊTEMENTS CHICS
    Dans un magasin de vêtements chics, un mec demande à la très jolie vendeuse:
    - Je voudrais acheter des gants pour ma femme mais je ne connais pas sa taille
    - Laissez-moi les essayer dit elle en prenant les gants.
    - Oui allez-y... Ses mains sont à peine plus fines que les vôtres. C'est bon, je vais les prendre. Dit le mec à la vendeuse
    - Vous faudra-t-il autre chose?
    - Euh oui, maintenant que vous le demandez... Je vais aussi lui acheter 2 ou 3 soutien-gorge et une dizaine de culottes.

  25. MINISTRE
    C'est le ministre de la santé qui visite un hôpital psychiatrique accompagné par la presse et la télévision, histoire de faire semblant de s'intéresser à ce qu'on lui raconte, il pose une question :
    - Sur quel critère se base-t-on pour déterminer si un patient doit être interné.
    - Eh bien, nous remplissons une baignoire d'eau, puis nous offrons une cuillère, une tasse et un seau au patient en lui demandant de vider la baignoire.
    - Ah, je comprends. Une personne normale choisira, évidemment, le seau parce qu'il est plus gros que la cuillère ou la tasse !
    - Non, une personne normale retirerait tout simplement le bouchon du bain ! Désirez-vous une chambre avec vue ?

  26. MIN ISTRES
    Un ministre africain vient en voyage officiel en France, et se fait inviter à dîner chez son homologue français.
    En voyant la somptueuse villa de ce dernier, et toutes les toiles de maître aux murs, il lui demande comment il peut bien s'assurer un tel train de vie avec sa paye somme toute modeste de serveur de la République.
    Le Français l'entraîne près de la fenêtre :
    - Vous voyez l'autoroute là-bas ?
    - Oui
    - Elle a coûté 20 milliards, l'entreprise l'a facturée 25 et m'a versé la différence.
    Deux ans plus tard, le ministre français est en voyage officiel en Afrique et rend visite à son homologue.
    Quand il arrive chez lui, il découvre un palais comme il n'en avait encore jamais vu.
    Stupéfait, il demande :
    - Mais je ne comprends pas, il y a 2 ans vous trouviez que j'avais un train de vie princier, mais par rapport à vous...
    Le ministre africain l'entraîne près de la fenêtre :
    - Vous voyez l'autoroute là-bas ?
    - Non...

  27. MISE EN BOUTEILLE
    Savez-vous que le Beaujolais nouveau provient de productions diverses qui n'ont souvent qu'un lointain rapport avec la région du Beaujolais, mais enfin il n'y a que la foi qui sauve, d'ailleurs il n'y a pas que le Beaujolais qui est trafiqué. Nous avons ainsi recueilli le témoignage de Monsieur N'Diop,
    Monsieur N'Diop et Monsieur N'Bomo sont des ouvriers agricoles sénégalais embauchés dans une propriété viticole du bas Rhin spécialisée évidemment dans le vin d'Alsace
    Le premier jour un camion citerne arrive de Grèce avec du vin local ! Le chef d'équipe prévient N'Diop !
    - Ah les grecs ont livré, on va couper les Sylvaner !
    Inutile de vous dire l'étonnement de notre ouvrier agricole devant ces pratiques....
    Toujours est-il que le deuxième jour, un autre camion citerne en provenance du Portugal arrive avec du vin local.
    - Ah les portugais ont livré, on va couper les Gewurztraminer
    le surlendemain
    Ah les hongrois ont livré, on va couper les Riesling !
    et ainsi de suite...
    N'Diop et son collègue finissent par craquer et apostrophent le chef d'équipe
    - Je trouve ces procédés inadmissibles on trompe la population sur la qualité du vin !
    - Inadmissible ! Tout de suite les grands mots ! Rétorque le chef. Il faudrait mieux vous adapter, parce que vous n'avez rien vu, demain ça va encore être pire !
    - Comment ça encore pire ? Qu'est ce qu'on va faire demain ?
    - Demain on va couper les Pinot noirs !

  28. NOIR ET BLANC
    C'est un homme d'affaires qui traverse en voiture une région des Alpes et qui a un peu de temps devant lui. Il avise un paysan qui surveille son troupeau.
    - Alors, mon brave, c'est quoi ces bêtes là, mmmh ?
    - Des vaches. C'est des vaches.
    - Ah, ha oui, mmmh, mmmh. Et ça fait beaucoup de lait, ces vaches ?
    - Ou là, oui. Les blanches, e'm donnent bien 10 lit' de lait par jour... les noires aussi, d'ailleurs.
    - Ah, mmmh, mmmh, oui, bien sûr; et ces bêtes là, c'est quoi , hein ?
    - Des moutons
    - Holà, très bien. Et ça fait beaucoup de laine, ces... moutons ?
    - J'pense ben. Les blancs, m'en font vingt kilos par an... les noirs aussi, d'ailleurs.
    - Oui oui oui. Et ces petites bêtes là, c'est quoi, alors ?
    - Des poules. Voyez ben.
    - Ah, ah oui, bien sûr. Et ça vous fait beaucoup d'œufs, ces poules ?
    - Ben, les blanches z'en font bien un par jour, bon poids... les noires aussi, d'ailleurs.
    - Mmmh, oui. Mais, dites donc, mon brave, pouvez-vous m'expliquer pourquoi vous distinguez systématiquement les bêtes noires et les bêtes blanches puisque de toutes façons elles produisent la même chose ?
    - AAAAAAAHH MAAAIIIIS Monsieur, ben hé, ho, c'est qu'les blanches, ben, ELLES SONT A MOI !!!! HÉ !!!... Les noires aussi, d'ailleurs...

  29. NOUVELLE BONNE
    La nouvelle bonne se présente. La maîtresse de maison lui demande:
    - Vous avez de bons certificats ?
    - Oui, Madame.
    - Vous savez faire la cuisine ?
    - Oui, Madame
    - Et vous aimez les enfants ?
    - Heu...Oui. Mais j'aimerais autant que Monsieur fasse attention.

  30. OUVRIER PAKISTANAIS
    C'est un entrepreneur qui a engagé Hassan, un ouvrier pakistanais pour faire des travaux de maçonnerie.
    Le matin il lui explique :
    - Tu vas te rendre au couvent pour réparer le mur de la religieuse, c'est pas bien méchant un peu de ciment et ce sera fini.
    Hassan sonne à la porte et dit à la religieuse :
    - Zé viens faire la mour.
    La bonne sœur, furieuse :
    - Ça va pas non ! Malotru !
    Et, elle lui claque la porte au nez.
    Hassan revient vers l'entrepreneur :
    - Elle a pas voulou !
    - Comment ça, elle ne veut pas ? Qu'est-ce que tu lui as dit ?
    - Z'ai dit, zé viens faire la mour.
    - Ouais, et qu'est-ce qu'elle t'a répondu ?
    - Elle a dit : Non, mal au trou !

  31. PERCEPTEUR - Métaphore
    Le percepteur rend visite à Robert :
    - Vous vivez au-dessus de vos moyens. Expliquez-moi !
    - Je me nourris très peu, uniquement du chocolat, une demi tablette le midi, une demi tablette le soir, alors forcement je fais des économies et je réinvesti.
    - Du chocolat ! Uniquement du chocolat, mais à ce régime vous devez être constipé.
    - C’est pas grave, je savais bien qu’ un jour ou l’autre un percepteur viendrais me faire chier !

  32. PERCEPTEUR - Parieur
    Robert est convoqué chez le percepteur.
    - Vous vivez au-dessus de vos moyens. Expliquez-moi !
    - Je vis en faisant des paris
    - N'importe quoi ! Puisque vous ne voulez pas me le dire je vais vous calculer le montant de l'amende.
    - Attendez ! Je vous parie 2.000 euros que vous avez les fesses vertes !
    - N'importe quoi !
    - Si vous êtes si sûr de vous, pariez ! si je perds c'est vous qui gagnerez 2.000 euros.
    - Bon, je n'ai pas le droit, mais disons que je prends le pari dans le cadre de mes fonctions.
    Le percepteur baisse alors son pantalon, dévoilant des fesses tout à fait roses !
    - Je ne comprends pas ! Vous dites que vous vivez de paris, et là vous venez de perdre exprès ?
    - J'ai rien perdu du tout, j'ai parié avec le gars d'en bas 5.000 euros que le percepteur me montrerait son cul !

  33. PRESIDENTS
    Passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau président :
    ce dernier assimile tous les codes secrets nécessaires, mais dit un moment à son prédécesseur :
    - Pas facile comme boulot, il doit y avoir de sales moments, vous, vous en êtes bien sorti, vous avez peut-être un secret ?
    - Absolument ! Suivez-moi !
    L’ancien président emmène le nouveau dans un passage secret, dans un couloir secret, puis une porte secrète tout cela avec mot de passe et digicode, puis un coffre secret, et une mallette secrète, à l’intérieur 3 enveloppes.
    - Voilà elles sont numérotées de 1à 3 en cas de problèmes vous les ouvrez.
    Le nouveau président au bout d’un an doit faire face à des grèves, des manifs et une cote de popularité au plus bas, il se décide à aller ouvrir le première enveloppe :
    "C'est la faute de mon prédécesseur !"
    - Comment n’y avais-je pas pensé ?
    Il réunit la presse, la télé et fait un discours offensif dans lequel il s’en prend à son prédécesseur
    Ça va mieux quelques mois, mais au bout d’un an à nouveau des grèves, des manifs et une cote de popularité au plus bas, il se décide à aller ouvrir la 2ème enveloppe :
    "C’est la faute de la conjoncture !"
    - Comment n’y avais-je pas pensé ?
    Il réunit la presse, la télé et fait un discours offensif ou il explique que tout ça c’est la faute de la conjoncture, que l’on ne s’en sort pas si mal que ça, que ça pourrait être pire...
    Ça va mieux quelques mois. Mais au bout d’un an à nouveau des grèves, des manifs et une cote de popularité au plus bas. Il se décide à aller ouvrir la 3ème enveloppe, non sans avoir au préalable convoqué presse et médias à 15 heures pour une déclaration de la plus haute importance.
    Confiant et sachant que 2 fois de suite ça a marché, il s’en va dans les endroits secrets à 14h 45 et ouvre la 3ème enveloppe et lit :
    "Préparez 3 nouvelles enveloppes !"

  34. PROMOTION
    Ginette vient d’être nommée directeur de département. L’histoire ne dit pas comment elle y est arrivé et ce sont des choses qui ne nous regarde pas. On lui file un bureau, un ordinateur, une imprimante, une superbe lampe, un tableau abstrait pour fixer au mur. Elle commence à ranger tout cela, quand quelqu’un frappe. Voulant jouer les importantes, elle s’empare du téléphone comme si elle était en conversation et faisant mine de s’arrêter elle fait entrer et asseoir le type, puis met le téléphone à son oreille et entame un long monologue :
    - Oui, alors faites absolument baisser le prix ou alors débrouillez-vous pour bloquer la cargaison…. Comment ça vous ne pouvez pas en prendre la décision…. Passez-moi votre supérieur hiérarchique…. Comment cela il n’est pas joignable… Souhaitez-vous que nous allions jusqu’à la rupture de nos relations… et patati et patata…
    20 minutes, ça dure son cirque !
    - Bon rappelez-moi dans la journée et avec des propositions acceptables, au revoir monsieur.
    Elle finit par raccrocher et se tourne alors vers son visiteur !
    - Ah : là là ces hommes d’affaires, des vrais requins… bon je m’excuse de vous avoir fait attendre, je vous écoute !
    - Oh vous savez, moi je viens juste installer la ligne du téléphone !

  35. PUBLICITÉ
    Jean Dufort a fait fortune dans la fabrication et la vente de clous. Son entreprise, Les Clous DUFORT, est leader français sur ce marché depuis 40 ans.
    Arrive une jeune directrice de la communication, fraîchement promue, des idées plein la tête, qui veut développer l'export.
    Elle tente de convaincre le vieux boss de la nécessité d'une campagne de pub télé.
    Après quelques mois de travail et quelques brainstormings, elle convoque le boss et des responsables d'agences publicitaires pour leurs soumettre son idée révolutionnaire :
    - C'est simple, il nous faut un film court mais qui marque les esprits.  Voilà ce qu'il faut :
    Image panoramique : Une colline.
    En haut, une croix.
    Zoom avant : Sur la croix, Jésus.
    Deux légionnaires sont en train de clouer Jésus sur la croix.
    Zoom arrière, au pied de la croix, le logo DUFORT, Voix off : Le clou DUFORT, s'enfonce sans effort.
    Les pubards sont atterrés, le boss stupéfait. Il tente de convaincre sa directrice que c'est un peu... dangereux... que certaines sensibilités... la France profonde, les provinciaux, etc, etc... En bref, elle doit revoir sa copie.
    Quelques temps après, un nouveau rendez-vous est fixé. Le vieux Boss ne s'en est toujours pas remis. La directrice de la communication arrive.
    Le boss lui dit:
    - Mais enfin, quand même, avouez que c'était maladroit le coup de Jésus sur la croix !
    - Vous avez raison, répond-elle, d'ailleurs j'ai eu une bien meilleure idée. Voilà ce qu'il faut (voix assurée, regard direct, l'air sérieux) :
    Image panoramique : Une colline.
    En haut, une croix.
    Zoom avant : Sur la croix, PERSONNE.
    La caméra plonge : au pied de la croix, JESUS sur le ventre, face contre terre.
    ET le logo DUFORT, Voix off : Avec les clous DUFORT, il tiendrait ENCORE

  36. QUESTION POUR UN PDG
     Le PDG d'un grand groupe multinational déambule dans son bureau de 120 m². Après avoir lu l'Equipe et la presse économique, puis avoir consulté ses mails et le cours du CAC40, il décide d'appeler son vice-président (plongé dans une partie de tetris en réseau).
     - Ecoutez, j'ai une terrible préoccupation à propos de mon épouse... Je me demande si le fait de faire l'amour avec ma femme est une question de travail, ou est-ce que c'est juste une question de plaisir ?
     Le Vice-président embarrassé, lui répond sans trop se mouiller:
     - Franchement, je n'ai aucune idée M. Le Président."
     - Vous avez une heure pour me donner la réponse !"Ordonne le PDG.
     Le Vice-président court voir son Vice-président adjoint (qui lisait un truc cochon tranquillement dans son bureau de 60m²) et lui pose le problème:
     - Une question, si notre cher Président se tape sa femme, a votre avis, c'est une affaire de travail ou c'est juste pour le plaisir ?
     - Alors-la, j'en sais rien !
     - Vous avez 55 minutes pour me répondre !
     Le Vice-président adjoint va voir son directeur financier (en pause café)...
     - Si notre président saute sa chérie, c'est du travail ou du plaisir ?
     - Financièrement, le coût est nul, je ne peux donc pas répondre...
     - T'as 45 minutes...
     Celui-ci va voir son chef de département (en pleine simulation de vol), qui a son tour va voir un de ses chefs de projets (le seul qui n'est pas en RTT)...
     - Si le vieux baise sa meuf ?, c'est du taf ou c'est juste pour le fun ?
     - Putain, j'en sais rien !
     -20 minutes
     Le chef de projet va voir donc un de ces responsables techniques qui en dernier recours va demander a l'un de ses sous-traitants en pleine période de livraison, avec dix cahiers de charge sur la table, trois mois de boulot sur le dos, pleins de doc à rédiger, la messagerie qui fume, le téléphone qui sonne sans arrêt...
     - Oh! le grouillot ! Une question !
     - Putain, pas maintenant, chuis jusqu'au cou, j'ai pas le temps, j'ai plein de trucs a faire !
     - C'est super urgent ! Il faut que tu répondes"
     - Vas-y!, c'est quoi?" demande le sous-traite.
     - Si le Big Boss fourre sa pouf, c'est du boulot ou du plaisir ?
     - Arrête, trop facile, c'est du plaisir !
     - Attends! Comment tu peux savoir aussi vite ?"
     - Parce que si c'était du boulot, c'est moi qui serais en train de me la taper

  37. RACISME
    Le jeune Mohammed va trouver son patron et lui dit  :
    - Je ne peux plus travailler chez vous, tous vos employés sont racistes !
    - Quoi ? Qu'est ce que vous racontez là ? Qu'il y en ait un ou deux, je veux bien, mais pas tous.
    - Si. Je vous dis qu'ils sont tous racistes ! D'ailleurs, j'ai fait un test : Je leur ai tous posé la même question, et tous m'ont donné la même réponse. Ils sont tous racistes et xénophobes, je vous dis.
    - Mais, quelle est cette question ?
    - Je leur ai demandé ce qu'ils penseraient si on exterminait tous les arabes et tous les coiffeurs...
    - Les coiffeurs ?... Pourquoi les coiffeurs ?...
    - Ah, vous voyez... Vous aussi !!!

  38. RÉINSERTION
    C'est Jojo la crème, le proxénète qui après avoir purgé 10 ans de tôle essaie de se reconvertir, il écrit à Lucien son vieux pote :

    "Vraiment, c'est pas facile de trouver un boulot, et encore moins facile de le conserver ! Il y a deux mois, on m’a proposé un boulot à Vire dans une usine d'andouilles et un mois après, ils m’ont viré. Le mois dernier, on m’en a proposé un autre à Limoges dans une usine de porcelaine et deux semaines après ils m’ont limogé. Dernièrement, j’en ai trouvé un à Lourdes dans une fabrique d'images pieuses, trois semaines après, j’étais lourdé. Alors quand l’A.N.P.E. m’a proposé un nouveau boulot à Castres, tu penses bien que j’ai refusé..."-

  39. REPARATEUR
    Marcel, un réparateur passe dans un appartement pour réparer une télé. C'est une ménagère blonde plutôt sexy qui lui ouvre la porte et qui lui montre la TV à réparer dans le salon. La jeune femme est tellement aguichante, qu'il ne parvient pas à quitter son corps des yeux dès qu'elle passe près de lui et du coup, l'intervention dure un certain temps. Tant bien que mal, il finit par réparer l'appareil, puis il donne la facture à la dame.
    Alors qu'elle rédige le chèque, elle lui dit :
    - Je vais vous demander quelque chose de... disons quelque chose d'inhabituel. C'est assez embarrassant et auparavant, je voudrais que vous me promettiez de garder ça secret !
    Au comble de l'excitation, Marcel répond qu'il est d'accord, et la femme reprend :
    - Mon mari est quelqu'un de bien mais il souffre d'une certaine incapacité physique voyez-vous. Alors que vous, vous êtes un homme qui me semblez bien bâti et robuste, et moi de mon côté, je suis une femme plutôt volontaire...
    Marcel répond en rougissant :
    - Oh ça oui !
    La femme :
    - Et depuis que vous êtes entré, j'y pense !
    Marcel , super chaud :
    - Je dois dire que moi aussi !
    La femme, étonnée :
    -  Ah bon ? Vous aviez deviné que je voulais déplacer le réfrigérateur ?

  40. SECRETAIRE - Absence
    Une secrétaire est arrêtée 15 jours pour une appendicite aiguë. Une de ses Collègues va la voir à l'hôpital pour prendre et lui donner des nouvelles.
    - Comment ça va, au bureau, demande notre malade.
    - Bah, tout le monde y met un peu du sien pour te remplacer... Sylvie fait Le café, Monique lit tes magazines et Amélie suce le patron.

  41. SECRETAIRE - Défi
    C'est un patron qui demande à sa secrétaire :
    - Mademoiselle , je vous propose une augmentation. Le principe est simple : je jette 500 euros par terre et si vous les ramassez avant que je vous aie fait quoi que ce soit, ils sont pour vous. 
    La jeune femme demande à réfléchir et en parle le soir à son mari :
    - On va s'entraîner tous les deux, ça nous fera un peu d'argent facilement. 
    Alors il prend un billet de 500 euros, le jette par terre et, avant qu'il ait pu enlever sa ceinture, sa femme a ramassé le billet. Il recommence et cette fois-ci, il n'a même pas le temps d'ouvrir sa braguette. Ils sont donc convaincu que le jeu est facile et qu'ils vont gagner de l'argent. 
    Le lendemain soir, la femme rentre chez elle, elle est toute décoiffée et marche comme un cow-boy. Affolé, le mari lui demande : 
    - Ben qu'est-ce qui t'arrive ? 
    - Ben mon patron m'a appelée et il a jeté 500 euros par terre. 
    - Et alors, hier on avait bien répété 
    - Hier c'était un billet de 500, mais avec des pièces de 10 centimes, c'est vachement moins facile.

  42. SIX BIERES
    Trois ouvriers du bâtiment, Marcel, Jacquot et René, prennent leur pause déjeuner installés sur un échafaudage. Ils dégustent leurs sandwichs et boivent quelques canettes de bière. A la suite d'un mouvement soudain de la structure, René perd l'équilibre, chute et meurt sur le coup.
    Les deux survivants se rendent vite compte que c'est a l'un d'entre eux d'aller annoncer l'horrible nouvelle a la femme de René.
    Jacquot, un rude gaillard qui ne fait généralement pas dans la dentelle, se propose spontanément: "Je crois que je serais pas mauvais pour ça..."
    Et immédiatement, il se rend au domicile de son défunt ami.
    Il revient sur le chantier trois heures plus tard, avec un paquet de canettes de bière :
    - Tiens, j'ai amené du ravitaillement
    - Mais, tu as bien été voir la femme de René ?, demande Marcel angoisse.
    - Ben ouais..
    - Et le paquet de canettes, il vient d'ou ?, reprend Marcel.
    - C'est elle qui me l'a donné ! Rétorque Jacquot.
    Marcel ne comprend pas :
    - Quoi tu lui as annoncé la mort de son mari et elle t'a offert des canettes de bière ? Explique-moi ce qui c'est passé.
    - Ben je suis allé là-bas", explique Jacquot, "j'ai sonné, elle m'a ouvert et j'ai dit: "c'est bien ici qu'habite la veuve de René ?. Elle a répondu: "Non, non, vous faites erreur, je ne suis pas veuve..."Et je lui ai dit: "Je vous parie six bières que si..."

  43. SPECIALISATION
    Un homme est parti chez le docteur de famille car son testicule gauche était enflammé, le doc l'examina et lui dit que c'était une inflammation du testicule gauche, que ce n'était pas grave et qu'il devait voir un urologue, alors il lui donna le téléphone du spécialiste... mais il y eut un problème : le docteur se trompa et lui donna le numéro de son avocat. Le malade prit un rendez vous et partit voir le soi disant médecin exactement à l'heure prévue.
    L' avocat lui demande :
    - En quoi puis-je vous servir Monsieur ?
    Directement le malade baissa son pantalon et lui montra son testicule en lui disant :
    - Comme vous voyez docteur j'ai le testicule gauche enflammé.
    L' avocat le regarda hébété sans rien comprendre, après un silence lui dit :
    - Cher ami, excusez moi mais ma spécialisation c'est le droit !!!
    Le malade s' énerva :
    - Merde, c'est vraiment de la merde dans ce pays, il y a maintenant un spécialiste pour chaque couille !

  44. STAGIAIRE BLACK
    C'est Mamadou qui s'en va déposer une plainte auprès de la haute autorité contre les discriminations (ou un machin comme ça, ça change tout le temps de nom)
    - Quel est l'objet de votre plainte monsieur ?
    - On m'a traité de singe !
    - Oh ! Voila qui est très grave, nous allons instruire un dossier.
    Le fonctionnaire va chercher un formulaire.
    - Pouvez vous nous précisez en quelles circonstances on vous a traité de singe ?
    - J'étais en stage de carrosserie, ça ne me plaisait pas trop, alors le responsable est venu me voir en me disant "Si vous n'arrivez pas à suivre il faudrait peut-être envisager de changer de branche !"

  45. SURMENAGE
    Deux fonctionnaires sont en train de soupirer au bureau. Ils voudraient bien prendre un jour de congé, mais le directeur a supprimé tous les congés parce qu'il y a trop de travail. Un des deux se lève et annonce :
    - Je crois que j'ai une idée pour avoir des vacances !
    Il regarde si le directeur est en vue - rien à l'horizon - Il monte sur son bureau, enlève quelques plaques du faux-plafond, grimpe à l'intérieur du plafond, met ses jambes sur un tuyau métallique et se laisse pendre la tête en bas, au-dessus du bureau.
    Le Directeur arrive dans le bureau et demande
    - Que se passe-t-il ici ?
    - Je suis une ampoule électrique ! dit l'homme.
    - Je crois que vous avez besoin de vous reposer, vous êtes surmené. Je vous ordonne de rentrer immédiatement chez vous. Je ne veux plus vous voir avant au moins 2 jours !
    Là-dessus, le 2ème fonctionnaire se lève, prend son cartable et met son manteau.
    - Hé, vous, vous allez-vous ? dit le Directeur
    - Moi, je rentre à la maison, je ne peux pas travailler dans le noir.

  46. TELEPHONE
    Un employé d’une grande entreprise prend le téléphone et dit :
    - Ma poule ! Prends ton joli petit cul et monte-moi un café et un croissant, et plus vite que ça ma belle !
    De l’autre côté du téléphone, une voix très masculine répond :
    - Espèce de con, tu t'es trompe de numéro. sais-tu à qui tu parles ? Au directeur-géneral, espèce d’imbécile !"
    - Et toi, connard, tu sais à qui tu parles ?
    - Non ?
    - Ouf !!!
    ...et il raccroche...

    (cette histoire était encore possible dans les années 1980, mais aujourd'hui tout est tracé...)

  47. TEST D'EMBAUCHE (1)
    C'est Pamela, Brigitte et Ginette qui passent des tests d'embauche.
    C'est Paméla qui passe la première. Après quelques tests classiques l'examinateur passe à la dernière question :
    -  Dans INDIANA JONES, il y a combien de T ?
    -  Ben aucun !
    -  Bon c'est fini, on vous écrit pour vous donner le résultat !
    C'est le tour de Brigitte, même scénario :
     Pouvez-vous me dire, dans INDIANA JONES, combien il y a de T ?
    -  Il y en a pas !
    -  Bon c'est fini, vous recevrez le résultat par la poste !
    C'est maintenant Ginette qui passe les tests, à la fin on lui demande :
    -  INDIANA JONES, ça vous dit quelque chose !
    -  Oui !
    -  Dedans , il y a combien de T ?
    Elle réfléchit quelques instants, compte dans sa tête, puis murmure des chiffres : 2-4-6-8-10-12, recommence, et au bout de 5 minutes elle annonce crânement :
    -  32 je crois !
    -  Et vous pouvez-me dire comment vous avez trouvé ça ?
     

    L'histoire ne dit pas qui a été embauché !

  48. TEST D'EMBAUCHE (2)
    - L'examinateur : - Si je vous donne 500,000 euros, moins 10%, que retirez-vous ?
    - La postulante : - TOUT Monsieur....Absolument TOUT ! ; la robe, le soutien- gorge, les bas, petite culotte... Je retire TOUT !!!

  49. TEST D'EMBAUCHE (CIA)
    La CIA décide de recruter un tueur sans scrupules (pléonasme ?). Après toute une série de sélections, d'entretiens et d'essais, il ne reste que trois finalistes, deux hommes et une femme. Pour le choix final, les agents de la CIA mettent l'un des hommes devant une grande porte métallique et lui remettent un pistolet.
    - Nous devons être sûrs que vous suivrez nos instructions, quelles que soient les circonstances. Derrière cette porte, vous trouverez votre femme assise sur une chaise, vous devrez la tuer!
    - Vous n'êtes pas sérieux? Je ne pourrai jamais tuer ma femme.
    - Alors vous n'êtes pas l'homme fait pour ce travail...
    On donne au deuxième homme les mêmes instructions. Il prend l'arme et entre dans la salle. Tout est calme pendant environ cinq minutes, puis l'homme revient, les larmes aux yeux.
    - J'ai essayé, mais je ne peux pas tuer ma femme .
    - Vous n'êtes pas fait pour le job. Emmenez votre femme et rentrez chez vous.
    Enfin, c'est le tour de la femme. On lui donne les mêmes ordres, en lui indiquant qu'elle doit tuer son mari. Elle prend le pistolet et entre dans la salle. On entend des tirs, un coup après l'autre. Puis on entend des cris, des coups sur les murs, des meubles qui se brisent. Après quelques minutes, tout redevient calme...
    La porte s'ouvre lentement et la femme sort. Elle s'essuie la sueur de son front :
    - Vous auriez pu me dire que le pistolet était chargé à blanc! J'ai dû l'achever avec une chaise...

  50. TEST D'EMBAUCHE (Vins et spiritueux)
    Dans un commerce de vins et spiritueux, la personne qui goûtait habituellement les boissons vint à mourir (cancer du foie) et le patron publia une annonce afin de lui trouver un remplaçant..
    Arrive un mec à moitié bourré, avec un look pas possible, qui postulait pour la place.
    Le directeur se dit qu'il va s'en débarrasser tout de suite après le premier test
    Il lui présenta un verre.
    Le type goûte et dit : » C’est un vin blanc, un muscat, trois ans d’âge, cultivé sur un versant nord, mûri en conteneur acier. »
    Correct! répond le patron époustouflé.
    Un autre verre.
    - C’est un vin rouge, cépage cabernet, cultivé sur un versant ouest, mûri en fût de chêne.
    Correct, répond le directeur. Qui n'en revient pas
    Un troisième verre.
    - C’est un champagne de grande classe, répond calmement l’ivrogne.
    Le directeur est sur le cul.
    Il demande en douce à sa secrétaire de lui trouver un moyen de se débarrasser du type en le prenant en défaut.
    Elle quitte la pièce et revient avec un verre plein d’urine.
    Le soulard goûte, fait claquer sa langue contre son palais :
    C'est de la bonne pisse de blonde, 26 ans d’âge, enceinte de trois mois… Et si j’obtiens pas ce putain de job, je révèle le nom du père !

  51. TRAVAIL AU ZOO
    C'est un gars qui cherche un emploi; Il tombe sur une annonce "Zoo cherche figurant, aucune expérience requise"
    Il se rend donc au Zoo :
    - Bon, notre orang-outang est mort... faut le remplacer, mais ça nous coûte trop cher. Donc on va vous donner un costume d'orang-outang et vous allez faire le singe. Vous toucherez 2000 euros par mois.
    Le gars accepte le job.
    - Mais attention, il ne faut pas qu'on puisse deviner la supercherie. Si on apprenait qu'il y a un déguisement on serait mal !
    Le gars enfile le costume et commence son boulot, les gens passent et le regardent. Il court un petit peu, les gens applaudissent. Il saute un petit peu, les gens applaudissent, ils sont contents. Le zoo a des records d'entrées. Le boss est content.
    Le faux orang-outang fait de plus en plus d'acrobaties, il s'accroche aux lianes, swingue.. .
    Un jour, il swing trop fort, il rate son coup et atterrit dans la fosse du lion. Il crie
    - Au secours ! Au secours !
    Le lion s'approche :
    - Ta gueule, on va perdre notre boulot !

  52. YOKO FAIT SES COURSES
    Gérard a rencontré Yoko au Japon, ils se sont aimées, ils se sont mariés et il l'a emmené en France. Elle peut communiquer sans problème avec son mari qui parle japonais, mais par contre, elle ne connaît pas beaucoup de mots de français, mais elle essaie de se débrouiller. Le plus dur, c'est chez les commerçants et notamment chez le boucher, puisqu'il n'était pas en libre service :
    Un jour elle va à la boucherie  acheter des cuisses de poulet. Ne sachant pas comment le demander, elle leva sa jupe jusqu'a ses cuisses en bafouillant...
    Le boucher comprit, Yoko retourna chez elle avec des cuisses de poulet.
    Le lendemain, elle eut besoin de poitrine de porc... Encore une fois, ne sachant quoi dire au boucher, Yoko dégrafa son chemisier, et montra sa poitrine au boucher en bafouillant....
    Et encore une fois, la dame obtint se qu'elle désirait.
    Le 3ème jour, Yoko eu besoin de saucisses, alors elle emmena son mari chez le boucher...

Les histoires ayant rapport avec le management ont été déplacées à cet endroit